2M lance Starlight, le talent-show 100% marocain qui promet

Chaque mardi en prime time sur 2M, à partir du 25 octobre prochain, les téléspectateurs ont rendez-vous avec Starlight, un talent-show musical qui promet de mettre en lumière les étoiles montantes du chant au Maroc. Pour ses initiateurs, ce concept a tout pour s’exporter dans d’autres pays.

A un mois de sa diffusion sur 2M, un nouveau concept de talent-show musical a été révélé par la deuxième chaîne marocaine, qui capitalise sur l’expérience des dix éditions de Studio 2M (2004 – 2014) pour se réinventer, à travers l’émission Starlight.

Mardi 25 octobre marquera le premier prime de ce programme hebdomadaire animé par Hicham Mesrar, et développé avec la société WeMake que préside Bouchra Rejani, entrepreneuse marocaine résidente en France. A travers neuf épisodes, 48 candidats sélectionnés parmi près de 3 000 devront être départagés, pour en sortir un seul vainqueur.

L’évaluation est confiée à un jury composé de cinq grands noms de la scène marocaine, de générations et de styles différents : Nouamane Lahlou, Latifa Raafat, Asmaa Lmnawar, Douzi et Aminux.

Voulu différent des précédents télécrochets diffusés par 2M, Starlight s’est inspiré de l’évolution de plusieurs concepts pour proposer un format inédit, maroco-marocain, qui pourrait s’exporter à l’étranger.

C’est ce qu’affirme Nouamane Lahlou  en soutenant qu’«il est temps de faire confiance à nos compétences nationales et à notre savoir-faire local dans tous les métiers créatifs, sans attendre forcément de se conformer à un moule calqué de l’étranger, en s’efforçant de se tailler à sa mesure, sans se questionner».

Egalement membre du jury, Douzi souligne que «de nombreux talents marocains qui ont réussi à se faire un nom dans le monde de la musique ont été révélés d’abord dans des programmes d’autres pays, surtout au Moyen-Orient». Pour lui, «il est nécessaire de créer à ces talents-là une possibilité d’émerger à partir de leur pays».

Des candidat s initiés au chant

C’est ainsi que 2M a décidé de réinventer son concept. Directeur du casting et de la coordination musicale de Starlight, Nabil Khaldi a été en immersion dans la sélection des candidats à ces émissions, pendant près de trente ans, aussi bien pour la deuxième que pour la première chaîne nationale.
Avec un recul de trois décennies, il estime qu’«en 2022, les jeunes talents marocains ont plus de chance et de possibilités qu’avant». «Faute de disponibilité des conservatoires et d’une éducation musicale ancrée dans le cursus de l’apprentissage à travers les différentes régions de notre pays, la majorité des candidats à ces émissions n’ont pas étudié la musique, dans son approche classique», nous a-t-il déclaré.

 

Pour lui, «ceux d’aujourd’hui ont l’avantage d’un accès aux nouveaux médias plus démocratisé, leur rendant possible de suivre des tutoriels de chant et de musique gratuitement sur Internet. Nous sommes face à des candidats autodidactes, mais qui sont plus nombreux à être familiarisés avec l’initiation au chant».

Il est ainsi devenu de plus en plus difficile de départager les candidats, selon l’auteur et compositeur, qui promet que Starlight «va permettre de révéler des talents extrêmement prometteurs, bien qu’il n’y aura qu’un seul gagnant en finale», souligne Nabil Khaldi.

Encore faut-il que les graines de stars bénéficient du suivi nécessaire après leur participation, surtout par les producteurs, les mécènes et les maisons de disque.

 

vous pourriez aussi aimer
laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus